L’Intelligence Artificielle « réelle »

 

est-elle possible ?

Lorsque l’ordinateur moderne a été créé pour la première fois dans les années 1960, les gens ont rapidement commencé à imaginer un avenir avec des machines intelligentes. Certaines de ces visions étaient dystopiques, comme pour Skynet dans Terminator. Aujourd’hui, presque tout le monde tient pour acquis que l’intelligence artificielle (IA) au même titre que la cognition humaine est à nos portes, mais est-ce réaliste ? Étonnamment, il y a de bonnes raisons d’être pessimiste quant aux perspectives des machines intelligentes.

Matérialisme et réductionnisme

La base de l’optimisme de l’IA est la conviction généralisée du matérialisme et du réductionnisme. Le matérialisme est la croyance que tout est fait de matière morte, que la conscience est une illusion et que l’esprit humain est le produit d’une machine : le cerveau. Le réductionnisme est la croyance que tout peut être compris en le découpant en morceaux et en n’étudiant leurs propriétés que comme s’il s’agissait de machines. Elle a été l’épine dorsale de nombreuses réalisations scientifiques et technologiques.

Son succès a conduit les gens à croire que cela s’applique également à la conscience et à l’intelligence. Tout ce que nous avons à faire est d’écrire un programme intelligent et de l’exécuter sur un ordinateur suffisamment puissant et voilà : Il sera aussi brillant que nous.

Les limites du réductionnisme

Malgré l’utilité du réductionnisme, c’est une erreur philosophique de supposer que tout est réductible. Considérons l’analogie suivante : 99,99% de l’univers est du vide. Partout dans le cosmos, nous ne voyons que de vastes étendues de néant, ponctuées de galaxies étranges. Depuis notre propre Voie Lactée, nous savons que même les galaxies sont pour la plupart vides. Si vous utilisiez c es faits pour conclure que l’univers est vide de contenu, vous auriez presque raison. Presque. Mais cette tache de matière dans le cosmos s’avère être immensément significative. Nous en sommes faits, et nous vivons dans un endroit où nous sommes entourés de grandes quantités d’eau. La matière compte pour nous.

Ainsi, nous ne pouvons pas réduire le monde au vide. Nous devons rendre compte de cet état exceptionnel que nous appelons la matière. De même, presque toute la matière de l’univers connu est morte et inconsciente, mais nous aussi, par extraordinaire coïncidence, nous sommes vivants et conscients. Nous le savons de par notre expérience directe, et aucune quantité d’observation dans le monde matériel mort ne peut défaire ce fait. La conscience est réelle et ne peut être réduite à des causes matérielles.

Évolution

En plus de notre expérience directe de la conscience, la théorie évolutionnaire fournit des preuves convaincantes que ce n’est pas simplement une illusion. Tout ce qui évolue par la sélection naturelle doit être à la fois héréditaire et objectivement mesurable. Il n’y a aucun moyen pour la conscience d’être sélectionnée et d’évoluer à moins qu’elle ne fasse quelque chose.

Quelle est donc la fonction biologique de la conscience ? Nous n’en sommes pas sûrs, mais elle joue probablement un rôle crucial dans l’intelligence. Ceci peut être démontré par une tâche simple pour nous : la reconnaissance des objets. Dès le plus jeune âge, nous reconnaissons avec facilité une panoplie d’objets que même les supercalculateurs les plus puissants sont incapables de reconnaître aujourd’hui.

La tâche est si triviale pour nous que les scientifiques ont pensé que ce serait facile pour les ordinateurs aussi. Il s’est avéré que c’est presque impossible. Bien que les ordinateurs puissent battre les humains dans des tâches de calcul hautement spécialisées comme les échecs, ils sont loin d’être capables de catégoriser et de reconnaître des objets, même un tout-petit y parvient. L’ingrédient clé semble être la conscience, qui permet d’avoir une intelligence puissante d’un simple coup d’œil.

Les ordinateurs continueront à devenir plus intelligents dans des domaines spécialisés, mais ils ne seront jamais sensibilisés parce que ce n’est pas un algorithme. Ainsi, ils devront imiter l’intelligence humaine sans le pouvoir de la conscience. Ne soyez pas surpris si l’IA continue de ne pas répondre aux attentes.

ia-reelleia-reelleia-reelleia-reelle